Haute comme 3 Pommes : interview et concours !

Comme je vous l’avais annoncé vendredi, on se retrouve aujourd’hui pour en apprendre un peu plus sur Anne, la créatrice de Haute Comme 3 Pommes.
D’où lui est venu l’idée de créer sa propre boutique en ligne, comment choisit-elle ses matières premières, comment imagine-t-elle l’avenir ? Vous saurez tout avec cette interview !

Et comme promis, on se retrouve ensuite avec un super concours. Car en plus d’être sympa, Anne est aussi généreuse et va permettre à l’un ou l’une d’entre-vous de gagner un joli lot de 10 cotons à démaquiller lavables ! Rendez-vous en fin d’article pour participer 😉

haute-comme-3-pommes-mobiles

– Quand et comment vous est venu l’idée de créer « Haute comme 3 Pommes »  ?
Fin 2012 je cousais déjà depuis quelques années quand j’ai eu la chance de devenir la marraine d’une petite fille, j’ai commencé à coudre intensément pour elle, des vêtements principalement. Et puis je ne voulais pas non plus trop la gâter 🙂 et au début lorsque j’ai ouvert la boutique, presqu’un an plus tard, c’était un peu « pour voir » si d’autres personnes que mon entourage seraient intéressées par mes créations.  C’était une sorte de test et puis, Haute Comme 3 Pommes a grandi petit à petit.

– Quelle a été la motivation pour passer de la simple idée & du prototype unique, à la réalisation concrète & à la mise en place de la boutique ?
Comme je disais, au début c’était juste « pour voir », comme un défi un peu fou lancé à moi-même. Les mobiles ont tout de suite marché et j’ai continué sans trop me poser de questions. Haute Comme 3 Pommes a beaucoup évolué depuis les débuts, les créations aussi ! Les questions sont venues plus tard, avec une vraie cohérence dans mes choix.

– Réalisez-vous tout vous-même ?
Oui, je réalise tout de A à Z, de la conception des produits à la réalisation, à la conception du site web, la gestion des boutiques, aux photos ! J’ai appris énormément avec Haute Comme 3 Pommes, et cette activité à développé beaucoup de compétences chez moi; je me suis intéressée à des sujets techniques dont je ne soupçonnais pas l’existence ! C’est un défi de tous les jours et même si c’est beaucoup de travail, c’est très enrichissant de tout faire et de tout maîtriser du début à la fin.

– Comment choisissez-vous les matières premières de vos futurs réalisations ? Favorisez-vous la récup’ par exemple ?
Pour les tissus, j’ai toujours privilégié les tissus européens, pour limiter l’empreinte carbone bien sûr mais aussi pour avoir plus de garanties au niveau des normes.
Pour les papiers, ce sont des papiers sans acides, de qualité, je privilégie aussi les papiers français même si ce n’est pas toujours évident et possible. Les papiers viennent de France à 60% environ, 39% des États-Unis et 1% d’ailleurs. Les États-Unis sont incontournables dans les jolis papiers, difficile de passer à côté ! Je les choisis selon mon goût et mon instinct, j’adore les motifs fleuris et les motifs très graphiques, mais aussi les papiers très épurés. Mon goût est assez large en fait 🙂

Je favorisais la récup au début dans le packaging, j’ai abandonné depuis peu, mais je perdure toujours avec des packaging recyclables en papier/carton, c’est une de mes valeurs. La totalité de mes fournisseurs est basée en France, c’est aussi très important.

– Pourquoi avoir fait le choix du bio pour vos lingettes démaquillantes lavables ?
Ça a tout de suite été une évidence ! Je ne concevais pas que ça pouvait être autrement. Je voulais justement avec les cotons lavables proposer un produit différent de ce qu’on peut trouver dans les grandes surfaces et proposer à des personnes peu sensibles au bio de prime abord un produit qu’il le soit, qui soit facile d’utilisation. Le coton est directement en contact avec la peau, donc ça me paraissait essentiel de ne pas mettre du chimique directement sur ma peau ! Déjà que nos produits de beauté restent en grande partie issus de l’industrie pétrochimique…. 😦
Lorsque j’ai lancé les cotons, j’avais déjà dans l’idée de prolonger la gamme bio avec les gants de change et les coussinets d’allaitement (qui arriveront très prochainement en boutique) donc ça me semblait cohérent de proposer du bio surtout pour les produits de toilette pour les enfants/bébés.

Le tencel aussi a été une évidence justement par son procédé de fabrication le plus écologique par rapport au bambou ou au coton. Sa texture et sa tenue dans le temps ont fini de me convaincre. Il reste plus doux dans le temps que le bambou et moins agressif que le coton.

– Dans un monde où l’on nous pousse toujours plus à la consommation et où l’on peut difficilement échapper à la publicité, pensez-vous que faire le choix d’un mode de vie à la fois plus durable et plus éthique (en favorisant l’artisanat rémunéré à son juste prix par exemple) puisse réellement renverser la vapeur ?
Je pense que de consommer local, de faire des choix de consommation afin de limiter son empreinte écologique peut renverser la vapeur oui; Avec de plus en plus de personnes qui changent leurs habitudes, les petits producteurs, les artisans pourront faire concurrence aux grandes chaînes et ainsi devenir de plus forts. Les grands scandales alimentaires, sur les tissus surtraités générant des brûlures sur la peau etc. nous aident à réfléchir !
Je suis parfois très très optimiste en voyant justement le succès des cotons démaquillants bio lavables, je me dis qu’il y a une prise de conscience de plus en plus forte; les gens consomment de plus en plus local et ont envie de savoir à qui ils achètent, comment le produit est fait, par qui, et sortir du tout « made in China ». Mais c’est sûr que lorsque l’on achète à quelqu’un qui est payé dignement et pas quelques centimes de l’heure à l’autre bout du monde, le coût est plus élevé; Certaines personnes sont réticentes à payer plus cher dans le contexte économique actuel. Certaines personnes favorisent encore le jetable par rapport au durable en ne voyant que l’aspect économique à court terme et non à long terme, et aussi en oubliant l’aspect écologique.
Je suis parfois pessimiste, car je me dis que les gens se referment sur eux-mêmes et ne voient pas l’impact global que peut avoir leur consommation. Quand je vois les stratégies marketing et la puissance des lobbys, oui je suis pessimiste. Mais comme j’ai envie d’y croire, mon côté optimiste prend le dessus !


cadeau_blogbionature

Maintenant que vous savez tout, il est temps de vous en dire un peu plus sur ce fameux concours !
Comme précisé plus haut, le lot en jeu est un ensemble de 10 cotons à démaquiller lavables et réutilisables, pour vous aider à prendre soin de vous tout en préservant la planète !

Ce concours est ouvert à toute personne résidant en France, mais aussi en Europe.
Une seule participation par personne (en cas de non respect manifeste, je me réserve le droit de disqualifier les éventuels contrevenants).

1 – Pour participer, il suffit de me laisser en commentaire, en indiquant votre prénom, la réponse à cette question : quelle est la matière choisie par Anne pour la confection de ses cotons à démaquiller ?

2 – Pour bénéficier d’une chance supplémentaire de gagner, vous pouvez également suivre le compte du blog sur Instagram (@blogbionature) ainsi que celui de Haute Comme 3 Pommes (@hautede3pommes) et reposter le concours en mode public, avec le hashtag #Bio3Pommes

3 – Le concours est ouvert jusqu’à dimanche 17 avril à minuit et les résultats seront annoncés à la fois sur le blog et sur mon compte Instagram lundi prochain, 18 avril dès que j’aurai réalisé le tirage au sort.

A vous de jouer et bonne chance !

Publicités

11 réflexions sur “Haute comme 3 Pommes : interview et concours !

  1. Je m’appelle Cat. et je souhaite participer à ton concours pour découvrir ces lingettes réutilisables d’Anne qui utilise du tencel pour les fabriquer. Merci et belle journée

  2. Hello !

    Génial l’idée des cotons pour se démaquiller réutilisables bio ! Ils sont fabriqués à base de tencel.
    Merci pour ce chouette concours et je cours tenter ma chance sur Instagram 😀
    Bonne semaine 🙂

  3. Aah 😀 Et c’est super cool d’avoir l’interview d’Anne, j’en ai plus appris sur cette petite entreprise! Merci pour ce chouette concours!!

    Elle utilise du tencel pour confectionner ses cotons démaquillants (et même du tencel d’eucalyptus, il me semble vu notre conversation d’hier ^^).

    Je vous suis toutes les deux sur Insta (Chibi_ToutCourt) et je reposte la photo avec le partage du concours d’ici quelques minutes!

    Bisous

  4. Coucou merci de nous gater , allez je tente ma chance ^^

    Ces disques démaquillants sont réalisés en coton éponge composé de 20% de polyester (ce qui apporte au coton une certaine élasticité) et de tencel bio (certifié Oekotex 100) à 80%, lui-même fabriqué à partir de pulpe d’eucalyptus.
    hc=emily25
    twitter =@lyly1983
    abonné au 2 comptes ig=emysteph3 j ai regrammé !

    Je laisse mon mail au cas ou
    emilie.justine.khennaf@gmail.com
    merci !!

  5. Bonsoir!
    c’est avec grand plaisir que je vais tenter ma chance!!
    ma réponse : le tencel !
    je suis fan fb sous le nom : olivia philippe
    merci et croisons les doigts!

  6. Je participe car c’est la bonne occasion pour changer une autre habitude pour passer au démaquillage durable ! Je réponds donc : le tencel !
    Raphaëlle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s